Facebooktwitterpinterestmail
Sr Anna CaiazzaSuperiora generale

Nous sommes à la fin de notre 11ème Chapitre général, temps fort de l’Esprit qui a guidé chaque pas, nous donnant lumière et force, inspirant sagesse et “consigne”, surtout dans les moments plus difficiles.

Nous avons vécu un mois intense et extraordinairement riche. Jour après jour a grandi la communion entre nous, dans le désir et dans l’engagement de nous sentir “un seul corps ”, bien que dans les diversités de provenance, d’âge, de culture, de mentalité, conscientes de la responsabilité de discerner ensemble ce que le Seigneur veut pour nous et de nous.

Nous avons initié notre expérience capitulaire dans le “jardin de la résurrection” où avec Marie de Magdala nous avons entendu prononcer par le Maître notre nom et réécouté son invitation à aller, sortir, témoigner la résurrection, à être collaboratrices de l’Esprit dans la mission de Dieu.

Dans le jardin de la résurrection, nous avons vécu les exercices spirituels en compagnie de Rut, la femme «qui a su aimer». Puis, dans le climat pascal de la mémoire, nous avons “contemplé” notre réalité, où dans ses lumières et ombres nous avons entrevu ce «fil rouge de l’amour de Dieu qui relie toute notre existence»[1].

Les Intervenants qui se sont suivis nous ont aidées à percevoir la beauté et l’actualité de notre charisme dans l’Eglise, un charisme qui nous remet toujours dans le chemin de la Parole avec la «mobilité des pas de danse», comme a souligné la pasteure Lidia Maggi, sur les routes des femmes et des hommes d’aujourd’hui.

En ce moment jaillit spontané de notre cœur le chant du merci.

Merci aux sœurs du gouvernement général qui ont conclu leur service.

Merci à la Commission pré-capitulaire, en particulier à sr Paola Fosson, qui n’a pas été physiquement parmi nous, et à P. Cristo Rey García Paredes, qui a inspiré le travail de préparation, orientant nos pas pour l’élaboration du Document capitulaire, guidé avec beaucoup de sagesse le discernement en vue de l’élection de la supérieure générale et des conseillères.

Merci à la Commission centrale et aux diverses équipes de rédaction, information, lecture des rapports, liturgie, détente.

Merci aux modératrices des groupes et aux secrétaires.

Merci aux traductrices, qui ont facilité la compréhension des contenus et la communication entre nous.

Merci aux sœurs qui, derrières les coulisses, ont exercé des services essentiels : sr M. Gabriella Santon, sr Melba, sr Luz Helena, sr Teresita, sr Saveria, sr Paola Dutto… Merci aux sœurs de la Maison généralice et de la Maison Saint Paul.

Merci à nos photographes et aux sœurs qui ont géré le site internet, portant nos visages et nos voix dans chaque angle du monde.

Merci à chacune pour les intenses célébrations liturgiques, le partage, les moments de fête vécus dans la joie et la communion.

Merci à sr Livia Sabatti qui a rendu possible la très belle soirée avec Mgr Frisina et la chorale du diocèse de Rome.

Merci aux frères pauliniens et à leurs collaborateurs et collaboratrices, qui nous ont accueillies en cette maison et nous ont fait respirer un climat de famille.

Merci à toutes nos communautés, aux membres de la Famille Paulinienne et à ceux qui ont été proches nous accompagnant avec la prière et nous faisant quotidiennement sentir leur présence avec des messages d’encouragement et de souhaits.

Merci à chaque sœur de la Congrégation, aux jeunes et aux moins jeunes, de façon particulière aux sœurs âgées et malades, qui ont beaucoup offert et prié pour nous. Merci pour le témoignage de sr Vincenza qui nous a fait comprendre que la jeunesse n’est pas une donnée ana-graphique et que l’amour à la vocation et la passion apostolique n’ont pas d’âge.

Merci à nous toutes pour l’engagement, la coresponsabilité, et pour ce climat sérieux, agissant et responsable qui a caractérisé chaque phase du Chapitre.

Merci aux sœurs qui ont accepté de partager avec moi le privilège di servir la Congrégation dans le gouvernement général pour les prochains six ans.

Un merci spécial je voudrais l’adresser avec vous à l’Esprit Saint, le “Protagoniste de la mission”, qui a guidé notre chemin nous faisant parcourir routes et sentiers que, souvent, nous n’attendions pas. Mais l’Esprit “vient des quatre vents”, il souffle d’où et comme il veut…

Retournant dans nos communautés nous communiquerons avec humilité et foi ce que nous avons vécu et les orientations qui, avec la lumière de l’Esprit, nous avons entrevues pour les prochains ans. Surtout nous témoignerons la nécessité de vivre en alliance avec Dieu, pour le salut du monde. Confiant dans la promesse que le Maître Divin, à travers le Fondateur, a fait à toute la Famille Paulinienne, nous pouvons chaque jour nous relever et nous mettre en chemin, «avec l’audace qui vient de l’Esprit et la créativité qui a caractérisé» notre Fondateur, comme nous a sollicitées hier pape François. Et il a ajouté : «Sortir, partir rapidement, comme la Vierge Marie et Saint Paul, ainsi vous aussi vous êtes appelées à communiquer, avec la vie et les œuvres apostoliques, la Bonne Nouvelle aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui. Il n’y a pas de temps à perdre».

Il nous a semblé de réécouter don Alberione : «En avant, donc! […] Nous tendre en avant chaque jour, ne jamais s’arrêter, ni dans le chemin de la sainteté, ni dans le travail d’apostolat. En avant! Toujours tendues en avant!» (FSP55, 185).

Jamais nous arrêter, donc, et parcourir les routes du monde, comme nous a répété le Pape hier, «avec un regard contemplatif et plein d’empathie pour les hommes et les femmes de notre temps, affamés de la Bonne Nouvelle de l’Evangile». Dans le partage de ce matin quelques unes d’entre nous ont souligné que pape François a scellé avec ses paroles le contenu de notre Document capitulaire. A travers lui, nous avons ultérieurement compris que la volonté de Dieu pour nous, aujourd’hui est de: raviver le don de la foi, pour être missionnaires par le témoignage de la vie centrée en Christ, nous laissant toujours illuminer par la Parole, qui maintient allumé dans notre Institut cet esprit apostolique qui nous pousse “ à sortir, à rechercher toutes les opportunités pour semer la Parole, avec la “fantaisie” de la communication, de manière à pouvoir habiter les périphéries de la pensée et les périphéries existentielles, maintenant dans le cœur la capacité de sentir compassion pour les nombreux besoins qui nous entourent.

Nous sommes appelées à «traverser l’hiver pour refleurir et porter fruit», sans indulgence au découragement et à la résignation, parce que, nous répète pape François, «longue et fructueuse est la route que vous avez parcourue. Et longue est la route qui reste à parcourir».

Chères sœurs, l’assemblée capitulaire, avec la majorité qualifiée requise, s’est exprimée pour la fermeture de ce Chapitre, pour cela

JE DECLARE OFFICIELLEMENT FERME LE 11ème CHAPITRE GENERAL

Que nous avons célébré selon les normes établies par les Constitutions et par le Directoire.

Partons de ce “cénacle” avec la certitude que le Seigneur est et sera toujours avec nous. Nous ne pouvons pas, mais nous confions!

Je désire conclure avec l’appel que hier pape François m’a “consigné”, en me saluant: «Je vous recommande la joie, la joie. Soyez joyeuses, toujours!».

La joie est le trait caractéristique de l’évangélisation: «c’est un don qui chemine, chemine sur les routes de la vie, elle chemine avec Jésus». C’est le document d’identité de l’Eglise qui annonce, de l’Eglise en sortie, de l’Eglise itinérante, de l’Eglise de l’exode et du don (cf. EG 20).

La joie est le trait qui a caractérisé – et espérons qui caractérise encore – les Filles de Saint Paul, femmes heureuses parce que Dieu est notre bonheur. Femmes de la Parole et de l’Alliance: comme Marie, la Madeleine, notre aimée Tecla, qui aurait voulu avoir “mille vies” pour les mettre au service de l’Evangile.

_____________________
[1] Pape François, Message pour la XXXII JMJ.